« Médecine sociale des animaux » (en russe «Социально ориентированная ветeринария», abrév. «СОВет») est une organisation russe à but non lucratif qui a pour objectif d’établir le réseau des centres vétérinaires pour les pauvres.

Nous procurons via nos cliniques de l’aide aux animaux abandonnés ou vivant dans des familles qui manquent d’argent. Nos clients jouissent des prix réduits et même des services gratuits pour le traitement des cas urgents.

Notre mission consiste à protéger les animaux, à entretenir leur santé et à leur prodiguer des soins, mais également à apporter aux citoyens un soutien dans le domaine vétérinaire.

Nos objectifs :

Défense des intérêts des personnes pauvres qui possèdent un animal.

Un sondage réalisé par notre équipe a démontré qu’un pourcentage considérable des Russes exprime la volonté d’avoir chez eux des animaux domestiques. Or il est à créer un contexte social qui donne à tous ceux qui ont ce besoin l’opportunité de le satisfaire. Compte tenu du coût très élevé des services vétérinaires, nos prestations ont l’avantage de permettre aux citoyens dont les revenus ne sont pas suffisants de se trouver dans les conditions satisfaisantes pour entretenir leurs animaux. Il s’agit donc d’une assistance ciblée à une catégorie de la société.

Formation à l’attitude responsable envers les animaux chez les citoyens, sensibilisation aux problèmes de la faune, diffusion des informations sur la prévention et le traitement des maladies animales.

Grâce à l’activité des centres vétérinaires sociaux les gens, quel que soit leur état financier, deviennent aptes à prendre soin d’un animal dans les situations difficiles. Outre les services vétérinaires, nous proposons à nos clients des consultations de spécialistes de la santé et des particularités spécifiques à chaque espèce animale.

Diminution du nombre des animaux errants.

Avec la création des centres où on peut s’adresser gratuitement pour une consultation ou une aide qualifiée, plus de gens se disent prêts à devenir maîtres d’un animal puisqu’ils sentent désormais la certitude que, le cas échéant, ils ne resteront pas seuls face à leur problème.

Amélioration de l’aspect sanitaire et esthétique des zones urbaines.

D’une part, les animaux errants sont plus exposés aux risques pour la santé que ceux qui vivent dans les foyers. D’autre part, ce sont eux qui ont le moins de chances d’être reçus dans les cliniques. Par ailleurs, non seulement ils souffrent eux-mêmes de leurs maladies, mais ils contribuent également à la propagation des virus. Leur présence dans les rues s’avère dangereuse pour la population, surtout pour les enfants. Si on fait soigner les animaux abandonnés, on débarrasse la société d’une source infectieuse.